Transitional justice as a way to secure the rights of indigenous peoples?

A dialog between representatives of indigenous organizations from Burundi, Mali, Guatemala and Colombia

Webinar 21 april 2023
15h-17h (UTC)

(9h-11h au Guatemala; 10h-12h en Colombie; 11h-13h à New York; 15-17h au Mali; 17h-19h en France métropolitaine et au Burundi)

Avec traduction simultanée anglais / français / espagnol

Rencontre avec : 

MAGALIE BESSE

Docteure en droit public, experte en justice transitionnelle,  Directrice de l’Institut Francophone pour la Justice et la  Démocratie (IFJD).

VITAL BAMBANZE

Mutwa du Burundi, membre de l’Instance permanente sur les questions autochtones, Association Unissons nous pour la promotion des Batwa (UNIPROBA).

AMILCAR POP

Avocat du peuple Maya Q’eqchi’, membre du Congrès de la  République du Guatemala et du Parlement centraméricain, où il  préside la Commission des peuples autochtones et afro-descendants.

AMINATA DIALLO

Chercheuse touarègue et peule du Mali, membre du projet Ărramăt et de l’association tinhinane.

BELKIS IZQUIERDO TORRES

Femme autochtone du peuple Arhuaco, magistrate de la Chambre de reconnaissance de la vérité, vice-présidente de la  Juridiction spéciale pour la paix, Bogota, Colombie.

ARIEL HORMIGA

Libérateur de la Terre Mère et de ses droits dans les Territoires du Conseil Régional Indigène du Cauca (CRIC), communautés autochtones du Nord Cauca, Colombie

Modération

LESLIE CLOUD Juriste, spécialisée en droits des peuples autochtones, responsable scientifique du programme peuples autochtones de la Chaire d’excellence CNRS Normandie pour la Paix

LAETITIA BRACONNIER MORENO Juriste et doctorante à l’Université Nationale de Colombie et à l’Université de Paris Nanterre, membre de la Chaire d’excellence CNRS Normandie pour la Paix.

Leslie Cloud and Laetitia Braconnier Moreno.

L’implication des peuples autochtones dans des situations de conflit armé. Des conflits armés affectent les peuples autochtones partout dans le monde avec de graves conséquences : déplacements forcés, viols et violences sexuelles et de genre, recrutements forcés d’enfants, exécutions extrajudiciaires etc. Face aux conflits armés qui affectent leurs territoires, au Bangladesh, au Burundi, en Centrafrique, en Colombie, au Guatemala, en Inde, au Mali, au Pérou, aux Philippines, au Myanmar, quel que soit le degrés de participation de groupes et d’individus autochtones  au sein de ces conflits, les peuples autochtones sont victimes dans leur ensemble de massacres perpétrés par l’armée régulière ou par des groupes armés rebelles. Les conflits armés entraînent par ailleurs des dommages environnementaux sur les territoires occupés par des peuples autochtones, alors même que ces derniers entretiennent un lien avec leur territoire fondamental pour leur survie culturelle, et que l’on estime que 80% de la biodiversité mondiale est située sur leurs territoires.

Une participation des peuples autochtones aux processus de paix et de justice transitionnelle à échelle variable. Cependant, en l’absence de participation des peuples autochtones aux mécanismes de justice transitionnelle mis en place pour favoriser l’accès à la vérité, à la justice et à la réparation des victimes, l’impact de ces conflits sur les populations autochtones demeure non documenté, souvent nié ou encore parfois caché. S’il est par exemple estimé que 30% des Batwa du Rwanda, qui représentent à peine 1% de la population rwandaise, sont décédés ou ont été tués pendant le génocide et la guerre au Rwanda, leur situation a été ignorée par la plupart des commentateurs du génocide et de la guerre au Rwanda. Au-delà d’une vérité biaisée sur la situation des peuples autochtones pendant ces conflits, l’absence de participation des peuples autochtones aux processus de justice transitionnelle est un obstacle à la mise en place d’une justice, de mesures de réparation et de garanties de non-répétition qui correspondent aux demandes des peuples autochtones. Dans ce contexte, envisager la Paix durable et la réconciliation relève de l’impossible. 

Une autre perspective est illustrée par la prise en compte des peuples autochtones de Colombie dans le processus de paix et de justice transitionnelle en cours. Dans le cas colombien, les représentants autochtones et afro-colombiens se sont mobilisés pendant les négociations de paix de manière à faire valoir leur droit internationalement reconnu à disposer de leurs propres institutions et systèmes de justice. Ils ont ainsi réussi à instaurer des mécanismes de justice transitionnelle interculturels, qui tiennent compte des besoins de justice spécifiques à leurs peuples d’origine et aux dommages historiques. En conséquence, les procès doivent être culturellement adaptés dès lors que les auteurs présumés des crimes appartiennent à un peuple autochtone ; les mesures de réparation doivent être consultées avec les victimes autochtones, de manière à être construites par le bas plutôt qu’imposées selon des critères venus d’autres cultures juridiques.

Une justice transitionnelle orientée vers l’objectif de la Paix avec la Terre. Nous observerons en outre de quelle manière la participation de leaders autochtones ouvre la voie à une justice transitionnelle orientée vers l’objectif de paix avec la Terre. Selon les cosmovisions de plusieurs peuples autochtones, comme le peuple Nasa de la cordillère des Andes colombiennes, tant que les territoires sont désharmonisés du fait des conflits armés, les communautés humaines et non-humaines qui les habitent ne peuvent retrouver la paix. Ainsi, dans le cas colombien, la participation de représentants des peuples Wayuu, Arhuaco, Kankuamo et Totoró dans la Juridiction Spéciale pour la Paix (JEP) a mis sur le devant de la scène le fait que le territoire aussi était victime du conflit armé. C’est une approche holistique des dommages qui est alors prise en compte, dans la mesure où sont prises en compte, par exemple non seulement les pollutions des eaux provoquées par les bombardements, mais aussi les dégâts spirituels causés à la Terre Mère. Les sanctions et les réparations de cette cour innovante de justice transitionnelle, pensées de manière à restaurer le lien de communautés avec la terre, sont particulièrement inspirantes. 

La justice transitionnelle, un outil de restauration des droits territoriaux des peuples autochtones ? Dès lors, il convient de se demander comment la justice transitionnelle est un outil de restauration des droits territoriaux des peuples autochtones et un vecteur d’évolutions normatives concernant la nature comme sujet de droit. Le concept de « paix avec la Terre » porté par les membres de la Chaire Normandie pour la Paix trouve ainsi à se renforcer grâce à l’immixtion des justices autochtones dans la justice transitionnelle.

La justice transitionnelle, un outil de restauration des droits territoriaux des peuples autochtones ? Dès lors, il convient de se demander comment la justice transitionnelle est un outil de restauration des droits territoriaux des peuples autochtones et un vecteur d’évolutions normatives concernant la nature comme sujet de droit. Le concept de « paix avec la Terre » porté par les membres de la Chaire Normandie pour la Paix trouve ainsi à se renforcer grâce à l’immixtion des justices autochtones dans la justice transitionnelle.
L’importance du dialogue avec et entre représentants autochtones sur les processus de justice transitionnelle les concernant. Dans le cadre de ce webinaire, il s’agit de dialoguer avec des représentants autochtones du Burundi, de Colombie, du Guatemala et du Mali sur les expériences de participation de leurs peuples dans les mécanismes de justice transitionnelles mis en place à l’issue des conflits armés, d’une part, en tant que victimes de graves violations de droits de l’homme ou en tant qu’auteurs de graves violations de droits de l’homme. D’autre part, il s’agit d’évoquer l’impact de représentants autochtones en tant que membres des juridictions ou instances de justice transitionnelles et leur rôle dans la conception des mécanismes de justice transitionnelle et de réparation des territoires.

Cet évènement s’inscrit dans la continuité de travaux précédemment menés par la Chaire à l’interface de deux lignes de recherches  : « justice transitionnelle et questions environnementale » et « peuples autochtones » sous la coordination générale d’Emilie Gaillard 

Travaux menés par la ligne justice transitionnelle et questions environnementales, coordonnée par Luis Miguel Gutierrez de 2019 à 2023.

Actes des webinaires à paraître en juin 2023.  

Travaux menés par la ligne peuples autochtones, coordonnée par Leslie Cloud depuis 2022 :

Participation d’Emilie Gaillard et de Leslie Cloud à Santiago du Chili, à la réunion internationale d’experts de l’Instance permanente sur les questions autochtones de l’ONU, sur  le thème « Vérité, justice transitionnelle et mécanismes de réconciliation ». Novembre 2022. (article de retour de mission à paraître sur le site de la Chaire)

Travaux menés dans le cadre de l’Université d’été de la Chaire Normandie pour la Paix :

Présentations vidéos de Luis Miguel Gutierrez et de Laetitia Braconnier Moreno sur la justice transitionnelle en Colombie dans le cadre de l’Université d’été de la Chaire Normandie pour la paix, septembre 2022.

Share this content:

Transitional justice as a way to secure the rights of indigenous peoples?
Indigenous peoples
A dialog between representatives of indigenous organizations from Burundi, Mali, Guatemala and Colombia. Meeting with:  MAGALIE BESSE PhD in ...
Read more
Holistic Conceptions of Health in Indigenous Wisdom and Law
Indigenous peoples
A side event of the Normandy Chair of Peace within the framework of the 22nd session of the United Nations ...
Read more
Holistic Conceptions of Health in Indigenous Wisdom and Law
Indigenous peoples
A side event of the Normandy Chair of Peace within the framework of the 22nd session of the United Nations ...
Read more
Transitional justice as a way to secure the rights of indigenous peoples?
Indigenous peoples
A dialog between representatives of indigenous organizations from Burundi, Mali, Guatemala and Colombia Webinar 21 april 202315h-17h (UTC) (9h-11h ...
Read more
Intergenerational dialogues with representatives of indigenous peoples - N. K. Keny
Indigenous peoples
Meeting with : N. K. Keny SUMI Indigenous Communities of Nagaland (North East India) - Social worker, activist and advocate for ...
Read more
Intergenerational dialogues with representatives of indigenous peoples - N. K. Keny
Indigenous peoples
Meeting with : N. K. Keny SUMI Indigenous Communities of Nagaland (North East India) - Social worker, activist and advocate for ...
Read more
Intergenerational Dialogues with representatives of indigenous peoples: Margarita Vargas Lopez
Indigenous peoples
28 November at 5 p.m. Meeting with : Margarita Lopez Vargas Kawesqar woman, university professor, former constituent Debate : Leslie Cloud Head of ...
Read more
Intergenerational dialogues with representatives of indigenous peoples : Margarita Vargas Lopez
Indigenous peoples
November 28th at 5pm Meeting with : Margarita Lopez Vargas Kawesqar woman, university professor, former constituent Discutant: Leslie CloudResponsible for the ...
Read more